Eriksson Caroline

L'île des absents - Caroline Eriksson



L'île des absents 



 

 

 

 

L'île des absents - Caroline Eriksson Résumé éditeur :
Rester à la surface des souvenirs, ou tomber dans l'abîme
On l’appelle le Cauchemar. C’est un lac à l’eau noire et stagnante, quelque part en Suède, dont la légende raconte qu’il est maudit. Au milieu du Cauchemar, il y a un îlot. Sur cet îlot, Alex et la petite Smilla vont faire une promenade, tandis que Greta les attend dans la barque amarrée au rivage, puis s’endort. À son réveil, la nuit tombe et seuls retentissent au loin les cris lugubres des oiseaux aquatiques. L’homme et la fillette ont disparu. De retour dans le cottage que la petite famille occupe au village, Greta fouille chaque pièce et tente en vain de joindre Alex. En proie à la panique, elle décide de se rendre au commissariat. Seulement, sur place, un policier lui annonce qu’elle n’est pas mariée et n’a jamais eu d’enfants. Qui sont Alex et Smilla ?


Voici un roman qui me déstabilise un peu et pour lequel je ne sais pas quoi penser.

En fait, je m'attendais à lire un polar assez classique avec une disparition et des recherches effectuées par la police et un personnage principal qui cherche de son côté.
Et bien en fait, pas du tout. On va suivre Greta, qui, lors d'une promenade en famille, va se retrouver toute seule. Alex et Smilla ont disparu sans laisser de trace. Elle va donc partir à leur recherche, mais cette disparition va faire remonter pleins de souvenirs à la surface. Et de là, on ne sait plus trop où on va. Qui est Greta ? Est-elle folle ? Alex et Smilla existent-ils réellement ?
Notre lecture est donc parsemée de questions et on ne sait pas trop où cette histoire va nous mener.

L'auteur a créé une intrigue psychologique très complexe et, en fait, il est impossible de comprendre tout ça avant la fin. Elle aborde le thème de la perversité narcissique de façon très habile et nous démontre à quel point cela peut-être destructeur.

En résumé, j'ai été déçue car je ne m'attendais pas à ce style de roman. Mais si vous aimez les polars psychologiques, foncez !! 


L'île des absents - Parution juin 2018 - Editions Presses de la cité 
Traduction : Laurence Mennerich
 
 
 

 

Go to top